Contenu principal

Message d'alerte

Introduction

Cette page présente une analyse succincte de la production électrique française durant le mois d'octobre 2012. Elle se fonde sur les graphiques édités par l'association "Sauvons Le Climat" (SLC) tous les mois, graphiques établis à partir des données de Réseau de Transport Electrique (RTE), cf. site RTE, infra.

Il s'agit donc d'une présentation brute, pratiquement sans interprétation. Ces données sont nécessaires à la réflexion sur l'avenir énergétique (en particulier électrique) de la France, et plus généralement de l'Europe.

 

Ajout à la page à la date du 5 janvier 2013

La nouvelle présentation d'Eco2mix (RTE) depuis le 1 novembre a permis un enrichissement des données accessibles. Une brève analyse de certaines particularités de la production de la fin d'année 2012 vous est présentée sur le document .pdf proposé sur le lien.

Présentation de la production d'électricité d'Octobre 2012

Le choix du mois (octobre 2012) tient au fait qu'il s'agit du dernier mois accessible lors de la rédaction de cette page. Octobre est pris là comme exemple, après vérification du fait que les analyses réalisables pour les autres mois sont fort semblables, si l'on tient compte des particularités saisonnières (besoins et ressources).

Sites internet utilisés lors de la rédaction

http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique

la page web ci-dessus donne accès aux données de production pour le jour, et permet l'accès aux fichiers compilant ces données à compter du 1 novembre 2012 : Il y a peu on avait accès à l'ensemble des données depuis la naissance de la page… Le suivi sur longue période demande une compilation régulière (par exemple les compilations trouvées sur SLC).

https://demanda.ree.es/generacion_acumulada.html

la page web ci-dessus rend accessibles les productions électriques espagnoles, permettant une comparaison intéressante avec la production française : régularité de la puissance nucléaire ; complémentarité des centrales thermiques gaz à cycle combiné et de l'éolien, compte tenu de l'intermittence du vent.

http://www.sauvonsleclimat.org/

site de SLC : l'on ne peut cacher le fait que SLC ne milite pas pour l'abandon du nucléaire en France et que donc l'on pourrait soupçonner cette analyse d'être "politiquement incorrecte". Cependant, à notre connaissance, SLC est la seule association fournissant des résultats et des graphiques que chacun peut faire à partir des données fournies au public 1/4 d'heure par 1/4 d'heure par RTE concernant les productions des différentes sources électriques françaises.

La production, quart d'heure par quart d'heure

Les données quotidiennes de RTE sont présentées selon le graphique suivant, pris sur le site RTE (le 27 octobre 2012 est pris pour exemple, permettant de bien voir quelles sont les données accessibles). A côté du graphique la colonne de résultats (ici à 14h15) indique la répartition des puissances fournies par les différentes sources importantes. Les échanges hors de France sont aussi donnés (exportation ou importation), 1/4 d'heure par 1/4 d'heure.

Les sources définies comme "Autres" correspondent à ce qui n'est pas précisé par ailleurs. Il s'agit des sources, en général petites, diffuses sur le territoire : photovoltaïque et petites sources à biomasse et déchets, centrales gaz à cogénération … et, lorsque l'apport de l'hydraulique est faible (cf. infra), un basculement de l'hydraulique au fil de l'eau afin d'éviter de fournir de façon indirecte des renseignements sur les productions d'un seul fournisseur (réponse fournie par RTE à notre question).

Le suivi sur un mois

Le tableau ci-dessous (source SLC) est issu de l'ensemble des données montrées sur le graphique quotidien précédent pour l'ensemble du mois d'octobre.

On y remarque le découpage en semaine avec la baisse de la puissance fournie du fait de la diminution de la demande lors du week-end. Au long de ce mois d'octobre la puissance croît petit à petit, compte tenu de la demande en éclairage, et chauffage électrique (chauffage d'appoint compris).

A noter sur ce schéma un défaut de coloriage : la partie négative correspondant à l'exportation n'est pas à attribuer à une source spécifique (en l'occurrence le nucléaire - couleur saumon).

Import-Export

Le réseau français est connecté à l'ensemble du réseau européen. Ceci permet (dans certaines limites dues aux capacités d'interconnection) de participer à l'équilibre offre-demande international.

A noter qu'en octobre la puissance appelée ne dépasse pas les capacités hexagonales ; le choix de l'importation peut être simplement dû aux conditions du marché [ce qui peut arriver entre autres en cas de surproduction éolienne chez nos voisins].

Production nucléaire

Schéma : source SLC. Rappelons que la France possède 58 réacteurs de puissance comprise entre 900 et 1450 MW. Les réacteurs les plus récents sont en partie capables de suivre les évolutions (pas trop rapides) de la demande, au cours d'une journée ou d'une semaine.

Au cours du mois la puissance fournie croît peu à peu (équivalent à 7 réacteurs).

Source "charbon"

Schéma : source SLC. Le charbon (source de la plus grosse partie de l'électricité mondiale) est un combustible encore peu cher, mais à production de CO2 importante. La production est assez souple. Pour mémoire, les centrales à charbon actuelles sont programmées pour fermer à court et moyen terme (lutte contre les GES, et amélioration des rendements [diminution de l'énergie primaire]).

Sources "autres"

Schéma : source SLC. Pour l'instant la RTE ne fournit pas la composante photovoltaïque (PV) de la production, compte tenu de la difficulté d'évaluer précisément la ressource. Le photovoltaïque apparaît ici globalement par la simple différence entre la production totale et les sources bien différenciées.

Le résultat "Autres" issu de ce calcul révèle une production qui est attribuée au PV, montrant un maximum à 12 h solaire. En octobre la puissance crête installée est d'environ 3500 MWc, la puissance déduite du graphique est de l'ordre de 1900 MW. L'électricité PV est fatale (obligation d'achat), intermittente mais relativement prévisible.

On note en fin de mois, approche du premier novembre, une montée du fond continu. Apparaît ici la mise en route des centrales à cogénération, avec un tarif préférentiel hivernal. Ceci se retrouve dans l'analyse sur une année, ci-dessous 2011, montrant la période de tarif de rachat élevé de début novembre à fin mars.

 

Source "gaz"

Schéma : source SLC. Le gaz est un combustible assez cher. Il ne devient intéressant que pour lutter contre les GES dans des centrales à cycle combiné, centrales dont plusieurs sont programmées en France.

Source "éolienne"

Schémas : source SLC. La ressource éolienne est essentiellement intermittente et est, ce qui la différencie du PV, totalement irrégulière. En France c'est une des sources avec obligation de rachat. L'amplitude des gradients de puissance (variations de puissance), qui peuvent atteindre de façon plus ou moins prévisible 1000 MW par heure (pour les 7000 MW installés) ont une grande influence pour l'équilibre production/consommation [l'électricité ne se stockant pas aisément].

Sur le graphique apparaissent deux lignes horizontales qui, pour cette source à obligation de rachat, ont une grande importance

  • la puissance moyenne mensuelle (1765 MW) donnant un facteur de charge égal à 0,25 (=1765/7014) - Octobre a été un mois convenable.
  • l'autre, la puissance garantie à 95 %, qui sert éventuellement de référence pour les consommateurs qui voudraient n'acheter que de l'électricité éolienne. Ceci met ainsi en évidence que l'éolien ne peut que travailler en complément d'autres sources qui vont compenser l'absence de vent lors d'une demande électrique importante. Ces sources doivent être souples.

Le graphe ci-dessous illustre un aspect souvent méconnu. Le "foisonnement" international (répartition des parcs sur des aires géographiques correspondant à des zones venteuses différentes) ne mène pas forcément à un lissage de la production éolienne. Le graphe représente le facteur de charge moyen (pour l'ensemble du parc français, et du parc espagnol) sur l'ensemble du mois.

En pratique il y a souvent des corrélations importantes (ici montrées à partir des résultats du site de RTE et de celui du réseau espagnol pour le mois d'octobre 2012. Cette remarque est vraie même au niveau de l'Europe entière : l'éolien se doit d'être complété, voir par exemple la page présentant les STEP.

Source hydraulique

Schéma : source SLC. La ressource hydraulique française est importante. Une partie travaille en base (barrages au fil de l'eau, essentiellement la Compagnie Nationale du Rhône [possédant aussi des parcs éoliens et PV]) ; une autre (barrages réservoirs dont les STEP) sert à permettre l'équilibre demande/offre.

L'aspect aléatoire du graphe montre l'importance de l'hydraulique pour cet équilibre : ce sont les barrages réservoirs qui répondent presque instantanément aux modifications rapides de la demande ou de la fourniture (en particulier les gradients importants de la ressource éolienne). C'est aussi l'hydraulique qui peut être appelé en premier lorsqu'apparaît un incident sur une centrale le temps de mettre en œuvre les réserves de puissance obligatoires sur les centrales.

  
1_27_octobre_12
2_Oct_12_tout_2
oct_12_autres_2
oct_12_charbon_2
oct_12_echanges_2
oct_12_eole_fr_sp_2
oct_12_eole_instantanee_2
oct_12_gaz_2
oct_12_hydraulique_2
oct_12_nucleaire_2
01/10 
start stop bwd fwd